mercredi 28 avril 2021

Communion des saints

Arlington cemetery

 "- Je m'accroche à mon angoisse. Je la protège parce que j'en ai besoin. Je reste vif, sur la brèche.

- Tu ne vis pas avec moi. Tu vis avec les restes des morts. Tu déchiffres les indices, tu cherches les signes de mort, l'odeur de ta proie, puis tu la traques. Tu ne vis que pour ça."



Parfois, mais pas souvent, car regarder en arrière me fait toujours peur :

Qui sait quelles créatures nous suivent, s’agitent et peut-être effleurent

Nos froides épaules puis disparaissent dans l’ombre, invisibles présences

Qui hurlent leurs douleurs à nous, tous les vivants, dans un pesant silence



Parfois, je veux me souvenir du passé, des êtres qui l'ont peuplé

Des pays parcourus, des bonheurs reçus, une nostalgie sereine

Mais viennent les brûlures acides jamais vraiment cicatrisées…

D'une prime enfance heureuse, de toute une jeunesse fracassée.



Tous ces êtres qui ont illuminé la belle vie s’en sont allés

Je veux parfois les regarder de face, et virevolte en pas de danse

Léger, tends les deux mains en silence pour les saisir, les embrasser

Mais ils se fondent sans bruit dans l’obscurité, une ombre qui avance.



Ephémères rencontres, évanescentes prières pour ceux d’antan

Qui ne sont plus de ce monde et peuplent, muets, une autre dimension

Dont les liens brûlants et ténus sont à raviver précieusement,

S’enfoncer tremblants par nos prières dans les couloirs du temps, au fond



Du passé, le visiter et l’affronter avec son cœur flamboyant

Épurer les scories, lisser les traits tordus, accorder les pardons

Ouvrir en grand comme Jésus-Christ aux limbes descendu triomphant

Avec les clés de son Amour, grâce au feu brûlant de sa Passion



Les portes de l’oubli, les portes de vie, les portes du Paradis.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire