mercredi 20 avril 2022

Sous nos cieux où rien ne luit

 Nous cherchons dans l'univers 

Une lueur, une vie

Mais nous n'avons rien compris

En débutant ce voyage :

C'est au fond de nos enfers,

Dans nos coeurs,  que vient l'Esprit


Car Je suis Celui qui suis


Oh cieux étoilés trompeurs!

Les rois Mages ont vite appris

Quand l'étoile s'est enfuie!

Ces grands savants, ces doux sages

Poursuivant avec ardeur

Leur chemin au fond des nuits


Chemin, Vérité et Vie


C'est d'un coeur brisé,  broyé 

Que naît le feu de l'Esprit.

Dans l'âme,  sa galaxie,

A l'abri des orages,

Dans la boue de nos péchés, 

Le sang du Christ purifie


L'Agneau de Dieu que voici


Et, rendus à notre terre,

Sous nos cieux où rien ne luit

Quand tout est foutu, fini,

Oublié ce qui fût sage,

Avec un genou à terre,

Vient aux heures de la nuit,


Notre Seigneur Jésus-Christ


Sous nos cieux où rien ne luit

Rien, sauf l'ombre de la Croix

Je trébuche sur ma voie.

Je me perds dans ce voyage,

Je tombe et Tu me cries

De lever les yeux vers Toi,


Ta face, ma seule Patrie

dimanche 3 avril 2022

Souvenir pascal (2)

 

Souvenir pascal

Le feu flamboyait devant le petit visage rond
"Joyeuse Lumière, splendeur éternelle du Père"
Dans la nuit obscure, la fin des doutes, des raisons
La main blottie dans celle, toute rêche, de la mère
Oh fêtes de l'enfance, essence de la religion.

Se souvenir alors, plus tard, quand la vie te blesse
Du feu pascal, du vent de la nuit, des tendres caresses
Se réchauffer à la chaleur des châles que ta mère
Serrait contre toi, et guérir par toutes les prières
Entendues, récitées autrefois. Dieu est là! Au creux
De tout ton esprit, de tout ton corps et de tout ton cœur,
Dieu est là qui t’apaise, qui murmure, qui effleure
Toute ta misère, tes doutes, ta grande douleur.




 

"Je veux être avec toi.
Tu ne peux pas.
S'il te plaît.
Tu ne peux pas. Il faut que tu portes le feu.
Je ne sais pas comment faire.
Si tu sais.
Il existe pour de vrai ? Le feu ?
Oui, pour de vrai.
Où est-il ? Je ne sais pas où il est.
Si, tu le sais. Il est au fond de toi. Il y a toujours été. Je le vois."

(La Route de Cormac McCarthy) 

mardi 22 mars 2022

La Vierge à midi

 Devenir une institutrice pour un seul objectif, une tâche unique : faire connaître et apprendre à mes petits élèves ce poème si beau qu'il me fait pleurer.




dimanche 20 mars 2022

La sixème heure 2

C'était environ la sixème heure, midi.

Sous le ciel implacable de la Samarie

Une région obscure où s'étale un péché

Au milieu du peuple élu, la nation aimée.


Jésus fatigué s'arrête à un puits, s'assied.

Une femme vient à passer, elle veut puiser

De l'eau. Le Seigneur, épuisé, d'une voix douce

Quémande à boire à la femme, dans un souffle.


La Samaritaine a cherché en vain l'amour

Toute sa vie, en cinq maris, et l'Amour

Personnifié qu'elle rencontre et qui la connaît

Dans le puits de son âme va l'accompagner.


Plonge avec Moi demande-t-Il en ce midi

Où nul n'est jamais allé, même toi : l'abîme

De tes grandes blessures, souffrances et péchés

Ma pauvre soeur, ce que tu cherches à oublier.


 Au fond de ta Samarie, au fond de ton puits

Se cache une Source Vive, celle de l'Esprit

Au fond de ta forteresse, dans ta cité

Jésus le Dieu fait homme vient se reposer.


Il vient remonter le cours des choses, les douleurs

Non cicatrisées qui empoisonnent tout ton coeur.

Il vient te soigner en Esprit et Vérité

Goutte à goutte, toute ta personne brisée.


Une bonne fois pour toutes cautériser

Cette lèpre obscure tapie dans ta psyché,

Parcourir tous les chemins infectés, les ruines

De ce coeur perdu, ta géographie intime.


Dans ce puits profond, au coeur de nos misères

Une Eau divine coule qui régénère

Nos Samarie asséchées, nos âmes épuisées

Il est midi, et l'heure du Salut a sonné.


vendredi 18 mars 2022

En levant la tête (2)

 

Au cimetière d'Arlington, Washington D.C.

Un gris mat, ce soir, dans le ciel.
Un gris de peinture, tout lisse
Et, dans cette couleur réelle
Du rose écarlate en larges rubans se fixe.

Le Printemps et ses arbres en fleurs
Est remonté de son séjour
Des morts. Il attendait son heure
Et la Terre veille alentour.

J'ai pu contempler ce tableau
Et pour donner cette vision
J'ai vite pris tous mes pinceaux
Pour la nouvelle création.

jeudi 17 mars 2022

Beauté du soir (2)




Beauté du soir

Beauté d'un ciel qui déploie tous ses feux du soir,
Douces nuances qui révèlent tout l'amour
De notre Créateur. Et dans ce beau miroir
Avec tout mon coeur j'offre ma vie sans retour.

Je voudrais raconter tout mon bonheur, ma vie,
Remercier mon Seigneur de toute la Beauté
Mais c'est la langue originelle, du Paradis
Qu'il me faudrait alors, je crois bien, retrouver.


 

mercredi 16 mars 2022

Syméon

"...  mes yeux ont vu le salut que tu prépares à la face des peuples."


Joseph et la Vierge marchaient dans les ruelles,

L'Enfant-Dieu dans les bras de Marie, souriant.

Ils venaient accomplir, la loi, le rituel

Des juifs, quarante jours après l'avènement.


Joseph avise deux petites colombelles

Sur l'étal bien garni d'un marchand du temple

Petites sacrifiées à la règle usuelle

Marie et l'Enfant les regardent tristement.


Et, devant le temple, au sortir de la venelle,

La famille s'arrête, admire et contemple

Le lieu sacré où se joignent la terre et le Ciel

Ils cherchent l'entrée et se mêlent aux tout-venants.


Syméon, devant son repas habituel

De pain et d'eau, suspend ses gestes brusquement : 

Un poids soudain comprime sa poitrine vieille

Où son coeur fatigué bat trop rapidement.


Il perçoit  dans ce langage confidentiel

L'invitation de Dieu prise il y a longtemps :

Tu viendras me voir dans la foule universelle

Et reconnaître ton Sauveur dans un enfant.


Il se lève vite et, en état démentiel,

Retrouve sa vigueur de jeune homme d'antan : 

Sachant tout au fond de façon spirituelle 

Que voir Dieu c'est mourir, depuis qu'il est enfant.


Il s'élance, hors de lui, entraîné par Ciel,

L'Esprit le conduit vers une Vierge à l'Enfant

Ses yeux fatigués voient le Salut éternel : 

C'est bien Lui celui que j'attendais depuis tout ce temps.


De sa bouche le cantique spirituel,

Jailli d'un coeur empli de l'Esprit-Saint brûlant,

S'élève alors. La prière solennelle

Transperce Marie, au coeur, d'un glaive sanglant.


Il adresse à la Vierge ces mots essentiels :

Le Salut est venu miraculeusement

Jaillissant de ton tabernacle corporel

Apparu au milieu de tous soudainement.


Il s'établit parmi nous ce Dieu éternel, 

Il restaure le genre humain dès à présent 

S'immole comme ces petites colombelles

Tes larmes de mère sont des gouttes de sang


La source vive des deux coeurs sacrificiels

S'entrouvre sur tous les pécheurs et se répand

Elle guérit le mal du péché originel

Rétablit l'alliance de Dieu et ses enfants


Syméon murmure dans un souffle irréel

Sa vision inspirée par le Dieu tout puissant

Marie et Joseph s'imprègnent de la nouvelle

Ils gardent dans leur coeur le secret surprenant.


Ils repartent dans le dédale de ruelles,

Silencieux. Tout est pareil, tout est différent. 

Et, dans le soir qui descend avec le soleil

Le vieillard en paix s'allonge comme un gisant.


Il a vu le Salut pour les peuples fidèles 

Réussit sa rencontre en cet unique instant

Avec son Créateur, le roi de la terre, du ciel,

En chemin désormais vers la croix qui l'attend.